Un terrain pour un nouveau cimetière

Un terrain pour un nouveau cimetière

26 Juil
2013
 

plan-cimetiere

Il y a plus de 2 ans, et après avoir pris l’avis de la population lors du 1er Forum Citoyen, la Municipalité a voté la création d’un nouveau cimetière au Bourg afin d’anticiper la saturation de l’ancien lieu de sépulture. À partir de là, de nombreuses réflexions ont été menées pour trouver un site qui réponde à tous les critères : proximité de l’église pour permettre un accès au plus grand nombre, possibilité d’avoir un accès à l’eau et à l’électricité afin de prévoir des bornes fontaines et un éclairage, surface suffisamment vaste pour prendre en compte les besoins pour les 80 années à venir et structurer l’aménagement du lieu. Sans oublier que ce terrain doit répondre à certaines normes notamment au niveau de la perméabilité. Tous ces éléments pris en compte ont permis de situer deux zones pour recevoir nos défunts : une sur Fiévée qui présente l’inconvénient d’être éloignée du Bourg et de n’avoir l’accès ni à l’eau, ni à l’électricité ; la seconde se trouvant entre le cimetière actuel et le presbytère le long de l’ancienne Rn1, sur des terrains classés en zone non constructible. Des démarches ont été entreprises auprès des deux propriétaires des parcelles du Bourg, un accord a pu être trouvé avec l’une des parties. Le second terrain appartient à l’Evêché, il fait partie des terrains légués gracieusement à l’époque par la Veuve du colon Jacquet pour permettre l’édification de l’Eglise St Joseph par l’ensemble de la population. Après que des courriers aient été envoyés à Monseigneur Lafont, évêque de Guyane, et qu’une réunion se soit tenue en Mairie avec les différentes parties, c’est désormais le Conseil Paroissial d’Iracoubo qui doit donner son avis pour que Monseigneur Lafont puisse prendre sa décision. La Municipalité a proposé d’échanger ce terrain avec une parcelle à Organabo pour la réalisation d’une chapelle sur le village.
Avec une douzaine de décès par an, il devient très difficile d’inhumer nos défunts dans des conditions décentes de respect de la dignité humaine, le cimetière ne peut plus accueillir de sépultures aussi la situation devient très critique.

Aujourd’hui, nous pensons que l’avis du Conseil Paroissial sera favorable eu égard au bien fondé de notre demande et à l’impérieuse nécessité.
Sans cet avis favorable, la situation sera extrêmement sensible, les délais de réalisation seront beaucoup plus longs et les inhumations ne pourront plus se faire par manque de place.
Dans ce contexte, nous sommes convaincus que la raison l’emportera au sein du Conseil Paroissial.

Laisser un commentaire